Un blog, deux soeurs, deux maris et huit enfants, un chat... Plein d'idées pour faire de chaque ouvrage "fait maison" un petit bonheur pour soi et pour les autres...
Et le souvenir d'une maman qui savait tout faire de ses mains.

samedi 25 février 2012

MAXI mini


Nous l'avons déjà démontré plus haut, il y a TOUT sur Internet... Même les choses que l'on croyait avoir inventé !

Démonstration... 

Après avoir maîtrisé la fleur Totusmel en frivolité (voir supra) on se pique au jeu et on commence à rechercher des modèles sur Internet. Or, dans les livres du XIXème siècle, lorsque les impératrices et reines d'Europe occupaient leurs jolis doigts à cet art délicat, on trouve des modèles de base, que l'on peut décliner à l'infini.

Par exemple, cette bordure, tirée du Beeton's manual of needlework, de 1893 : 

le manuel entier est visible sur le site du projet Gutenberg, qui met des livres libres de droit en ligne. http://www.gutenberg.org/files/15147/15147-h/15147-h.htm

Le principe de base est le suivant : 
un anneau avec un picot au milieu, un arceau, un anneau joint à l'anneau précédent par le picot central, puis on recommence. Lorsque l'on a atteint la longueur désirée, on répète le motif en vis-à-vis en joignant les anneaux par groupes de quatre, ce qui donne l'effet de ronds entrelacés.

Exemple : 
anneau 1 : 4 double noeuds, 1 picot, 4 double noeuds, fermer, retourner
arceau 2 : 6 double noeuds, 1 picot (sur lequel on peut insérer une perle), 6 double noeuds, fermer, retourner
anneau 3 : 4 double noeuds, joindre au picot de l'anneau 1, 4 double noeuds, fermer, ne pas retourner
anneau 4 : reprendre à l'anneau 1

Rang en vis-à-vis : 
anneau A : 4 double noeuds, joindre au picot de l'anneau 1, 4 double noeuds, fermer retourner
arceau B : 6 double noeuds, 1 picot (sur lequel on peut insérer une perle), 6 double noeuds, fermer, retourner
anneau C : 4 double noeuds, joindre au picot de l'anneau 1 et au picot de l'anneau A, 4 double noeuds, fermer, ne pas retourner

Et ensuite, on fait des essais : 


Avec un fil de coton blanc (n°8) et un ruban tiré d'un lot de scrapbooking.

On ne voit pas très bien mais le ruban est marqué "Arc-en-ciel", je le trouve tellement chouette que j'ai presque envie d'en envoyer un bout à Maman Bricole pour une barrette sur commande !!  (*)
(*): A ce propos, un petit mot pour parler du parrainage organisé par ce joli blog au profit de la Fondation Lejeune : http://mamanbricole.canalblog.com/
Mais ce n'est pas le seul attrait du site, il y a sur la même page des robes de petite fille absolument adorables !


Ou alors, en insérant une perle longue entre les anneaux 3 et 4 :



Mais qu'est-ce qui m'a pris de choisir un fil coton beige (n°8) ? Sur la peau beige... Ca ne se voit pas !!!




Ou encore, tout en noir, coton n°5, avec un fermoir-camée au milieu, le modèle baptisé "Légende" et envoyé à ma p'tite soeur Marie : 


Et puis on essaye avec un fil plus fin (coton noir n°12), plus proche de ce qu'utilisaient les brodeuses et dentellières de 1895, en espérant obtenir un résultat plus précis et plus élégant... 


Enfin, l'idée que je croyais géniale et originale : avec une énôôôrme aiguille de tapissier  et de la laine épaisse : 



Seulement voilà, l'honnêteté m'oblige à vous le dire... D'autres y avaient pensé avant, et avec plus de talent ! Voyez ce que réalise la créatrice du blog Agasunset en joignant la frivolité en grosse laine et une manchette de cuir : 



Il va falloir réfléchir encore...

Louise

1 commentaire:

delphine a dit…

étonnant de voir comment avec une seule aiguille et du fil quelconque, on arrive à de tels résultats .... bravo !